Actualités

Une ancienne auditrice du MS FNS-MI sur la chaine parlementaire

 

DébatDoc Europe - Comment organiser une pêche durable ?

Jeudi 15 avril, à l'occasion de la journée mondiale de la biodiversité, la chaîne Parlementaire (LCP) diffusait le documentaire Watt the Fish portant sur la bataille politique menée par BLOOM pour obtenir l'interdiction de la pêche électrique. Ce documentaire a permis au journaliste Jean-Pierre Gratien d'ouvrir le débat sur la pêche durable sur le plateau de son émission DébatDoc en donnant la parole à Laetitia Bisiaux, chargée du projet pêche électrique chez BLOOM, Michèle Rivasi, députée européenne et Daniel Fasquelle, Maire de Touquet-Paris Plage.

VOIR LE DOCUMENTAIRE & LE DÉBAT

Lætitia Bisiaux a d'abord fait un point sur la pratique de la pêche électrique aujourd'hui et revient sur son impact qui a été d'une violence inouïe sur la ressource et les pêcheurs artisans qui continuent d'en souffrir :

"On a même un pêcheur français, qui était fileyeur et qui avait son petit bateau, patron. Aujourd'hui, il se retrouve à devoir pêcher sur un navire industriel, le modèle qu'il combattait lui-même".

Pêche électrique, chalut de fond, senne danoise... toutes les méthodes de pêche industrielles passées en revue lors du débat font état de leur agressivité et efficacité qui détruisent la ressource, les écosystèmes marins et l'emploi des pêcheurs artisans.

Ce débat soulève la seule question fondamentale qui compte. Quel modèle de la pêche voulons-nous pour demain ?

"Tous les exemples montrent que dès qu'on passe à l'échelle industrielle, soit c'est du labourage de fond et vous voyez bien que ce n'est pas du tout sélectif, soit c'est de la pêche électrique qui tétanise les poissons (...) ce n'est pas possible. Il faut qu'on aille dans ce qui a été dit, la pêche artisanale et une pêche douce (...) " 

Michèle Rivasi

Depuis sa création en 2005, BLOOM vous propose de vous battre à ses côtés pour changer les règles du jeu dictées par les industriels et votées par les politiques au détriment de l'océan, des consommateurs et des pêcheurs artisans. 

Ensemble, continuons de contrer les méthodes de pêche destructrices afin  de faire émerger un modèle de pêche durable qui ne met plus en péril la vie marine et humaine.


UFR G-ENV — AgroParisTech

Centre de Montpellier
648 rue Jean-François Breton
BP 44494
34090 Montpellier Cedex 5
France